Globale Paranoïa

GLOBALE PARANOÏA
Les Petits matins, coll. Les grands soirs, 128 p., 2009
[Postface de Dominique Quessada, écrivain et philosophe]

Globale Paranoïa explore "l’inquiétante étrangeté" propre aux sociétés de surveillance du xxie siècle, par l’élaboration de séquences poétiques jouant de la spécificité comme de la superposition des différents protocoles en usage : vidéosurveillance, GPS, bases de données, sophistications marketing, biométrie, horizon nanotechnologique… L’enjeu consiste à développer des structures formelles qui répondent aux caractéristiques de chacun d’entre eux, en une confrontation singulière entre technologies de surveillance et techniques d’écriture.

EXTRAITS

L’individu compose la structure de son agression en vue de forcer la sécurisation du réseau évalue sa juste méthode de cryptanalyse ajuste ses niveaux d’attaque décide d’adopter un principe d’ingénierie inverse lance son moteur de génération aléatoire simultanément au processeur de calculs d’exponentiation modulaire à probabilités multiéchelles apte à casser le codage du cryptosystème développe une paramétrisation auto-adaptative à algorithme génétique chargé de glisser sur des formes lisses constate par recoupement statistique les détails d’une implémentation vulnérable des clés décrypte une faille d’équation aux dérivées partielles due au nombre élevé de noeuds frontières minimise un critère de variation totale associé à un polygone de contrôle : son robot casseur pénètre les données cryptées de la banque déambule le long des fonds financiers océans de chiffres hectomilliards de dollars virtuels navigue sur une nouvelle richesse bien réelle s’enivre de capitaux sidéraux disponibles à coup de pioches immatérielles s’imagine détruire par jeu ou caprice une nervure du capitalisme global château de carte instable d’un coup se trouve nez à nez pour ainsi dire avec un automate ennemi à optimisation multiniveaux piloté par des veilleurs physiques situés à distance depuis leur cellule de défense des flux monétaires qui accélèrent la vitesse de l'optimiseur brisent la hiérarchie des modèles multidegrés amplifient la convergence itérative le hackeur en guise de désespoir tente une réduction géométrique multigrilles mais se trouve balayé terrassé à terre son agent agonisant dans les fibres optiques annihilé par une reconstruction algébrique des surfaces maillées

-----

Murs blancs céramique lumière électrique zénithale au bord de la saturation couloir métro rectiligne fuyant sur une longueur d’apparence infinie reflets des corps en mouvement sur les parois brillantes. Quelques cavités aux plafonds suggèrent ici ou là un accrochage de viseurs probablement indécelables aucune preuve cependant. À moins que la qualité des surfaces environnantes autorise une intégration imperceptible de capteurs peut-être s’agit-il d’un fantasme. Une telle distance serait parcourue à l’aveugle en quelque sorte ? Il est plus raisonnable d’imaginer qu’un nouveau type de dispositifs s'incorpore plus subtilement à l’environnement ou l’hypothèse est-elle infondée seulement suscitée par le constat insolite d’une d’absence ? À pousser plus loin encore le raisonnement il pourrait être établi qu’aucun procédé fixé dans le lieu s’avère vraiment nécessaire les ondes émises par chaque téléphone portable interceptées bien au-delà de la zone suffisent à détecter toute anomalie. À coup sûr ces interrogations sont trop tourmentées rien n’atteste ici que l’espace soit infiltré par quelques témoins invisibles pour autant rien ne garantit du contraire tout au long de ce passage.

-----

Je pénètre dans la cabine d'essayage elle me prévient que j’ai pris un centimètre de tour de taille depuis mon dernier achat je lui fais remarquer que ça ne la regarde pas elle me répond que je peux presser les touches tactiles pour profiter de la promotion sur le nouveau programme minceur je préfère me taire j’enfile la jupe découvre miroir vidéo ma silhouette diffractée de face + dos + mes deux profils la cabine me propose de l’associer à un chemisier acquis trois semaines auparavant j’accepte j’apprécie cette composition visible image virtuelle elle me propose autre choix chaussure j’aime beaucoup le modèle que je porte sur l’écran une vendeuse aussitôt m’amène la paire à ma taille j’adore je remercie la cabine qui me propose de faire défiler du rouge au rose le coloris de la jupe je suis les variations sur miroir pixels je l’arrête modèle fuchsia la cabine m’annonce que la référence de l'article sera disponible en caisse je la remercie elle me dit d’un ton que je ne lui connaissais pas que je devrais peut-être acquérir une nouvelle voiture chez un concessionnaire partenaire vu qu’elle relève un haut kilométrage à ce jour je lui réponds qu’une cabine d’essayage n’a pas d’avis compétent sur les automobiles et la quitte d’un pas ferme ou perplexe