Les start-uppeurs. Nouvelles rock stars / Elle / 24/02/17

Les start-uppeurs. Nouvelles rock stars, article de Elle.
 
"C’est « un capitalisme lumineux baigné de lumière californienne », comme l’analyse Eric Sadin, philosophe et auteur de « La Silicolonisation du monde » (éd. L’Échappée).  Ce jeune patron est associé à la coolitude, à l’esprit d’initiative, à l’absence de hiérarchie, à une culture de l’entreprise où chacun bénéficie de temps libre et mange des sushis bio à la cantine, poursuit Eric Sadin. Dans une start-up, chacun pourrait exprimer son génie, sa personnalité. Les collaborateurs ne sont plus des salariés mais des créatifs. Elle représente un monde merveilleux où tout s’accorde.  (...)
"Tous les camps y trouvent leur compte, constate Éric Sadin. Le start-uppeur représente l’inclusion sociale pour les gens de gauche et la liberté entrepreneuriale pour ceux de droite. Le consensus social-libéral par excellence. Et on oublie que neuf boîtes sur dix échouent. Ce régime économique est intenable, mais tout cela est occulté derrière quelques réussites phénoménales. Cet enivrement général pour les start-up dissimule aussi le fait que cette économie, par l’exploitation de nos données, repose sur la marchandisation intégrale de nos vies."
 
Les start-uppeurs. Nouvelles rock stars, Alice Augustin, Elle, 24/02/17