Bio

Éric Sadin est écrivain et philosophe, il alterne la rédaction de textes littéraires et théoriques.

Il a publié plusieurs ouvrages, notamment une trilogie explorant l’état contemporain de nos rapports aux technologies numériques : Surveillance Globale – Enquête sur les nouvelles formes de contrôle (Climats/Flammarion, 2009) ; La Société de l’anticipation (Inculte, 2011) ; L’Humanité Augmentée – L’administration numérique du monde (L’échappée, 2013) (Prix Hub Awards 2013 de l'"Essai le plus influent sur le digital").
 
Il est intervenant régulier à Sciences Po Paris, et intervient dans de nombreuses universités et centres de recherches en Europe, en Amérique du Nord et en Asie.
Il a été professeur à l’école supérieure d’art de Toulon, et visiting professor à L’ECAL de Lausanne et à l’université d’art IAMAS (Japon).
 
Fondateur et rédacteur en chef de la revue éc/artS (Pratiques artistiques & nouvelles technologies, 1999-2003).
 
Il a organisé trois colloques : Globale Paranoïa – Formes et puissance de la surveillance contemporaine (Paris, Palais de Tokyo, 2008) ; Physique/virtuel (Médiathèque d’Orléans, 2005) ; Textualités & nouvelles technologies (Saison de la France au Québec, Musée d’art contemporain de Montréal, 2001).
Lauréat de la Villa Kujoyama ; Prix Pompidou 2005, pour la conception d’une version multimédia de son livre Tokyo paru la même année chez P.O.L.
 
Il a publié en mars 2015, La Vie algorithmique – Critique de la raison numérique. (L'échappée).
 
Il publiera un nouvel essai à l'automne 2016 : La Silicolonisation du monde L'irrésistible expansion du libéralisme numérique. (L'échappée, 21 octobre 2016).
 
Éric Sadin est l'un des rares intellectuels français à penser le changement de civilisation induit par la numérisation de notre monde. (Libération, oct. 2013). 


En quelques années, Éric Sadin est devenu l'une des voix capable de décrypter notre monde en voie de numérisation globale. (Technikart, avril 2014).